Valeurs

Encouragez-vous votre enfant à mentir sans le savoir ?

on

Vous vous dites peut-être que votre enfant ne ment pas et que ces quelques lignes ne sont pas pour vous. Ce n´est pas si sûr…

Êtes-vous capable de reconnaître quand votre enfant ment? Ou pensez-vous qu´il ou elle vous dit toujours la vérité ? À partir de quel âge pensez-vous que l´on commence à mentir ? Cet article va peut-être faire disparaître vos préjugés sur les enfants et leur capacité à mentir et vous donnera des pistes pour sensibiliser votre enfant aux vertus de l´honnêteté.

Kang Lee, chercheur en comportement social et spécialisé dans la recherche sur le mensonge, présente dans TED Talk, en février 2016, le résultat de ses études. Il commence par une anecdote cocasse qui résume nos croyances sur les enfants et le mensonge. Un jour, un directeur d´école primaire reҫoit un appel téléphonique. La voix au bout de l´appareil dit : «  M. Messina, mon fils ne viendra pas à l´école aujourd´hui car il est malade.´´

_ Qui est au téléphone ? Demande le directeur.

L´interlocuteur répond : « Je suis mon père´´

Cette petite histoire illustre deux de nos préjugés :

  1. Les enfants ne mentent pas avant d´entrer à l´école primaire
  2. Ils ne savent pas mentir et nous sommes tout à fait à même de détecter leurs mensonges.

Est-ce vrai ?

Kang Lee a mis en place un test. Un enfant est amené à essayer de deviner le nombre inscrit sur une carte de jeu retournée. Si l´enfant devine le nombre, une grosse surprise lui est promise. Au milieu du jeu, l´adulte qui le test annonce qu´il doit quitter la salle pour un instant et laisse la carte sur la table. Dès que l´adulte est parti, 90 % des enfants soulèvent la carte pour y découvrir le numéro. Quand l´adulte revient, on demande à l´enfant si il/elle a regardé la carte.

D´après cette expérience Kang Lee conclut que, indépendemment du sexe, de la religion ou de la nationalité, les enfants mentent dès l´âge de deux ans ! À cet âge, 30 % mentent pour dissimuler leur transgression. À 3 ans, 50 % mentent. À 4 ans, il s´agit de 80 % et, passé cet âge, la plupart des enfants mentent. Le mensonge est donc pratiqué très tôt, bien avant l´entrée au primaire, et devient presque systématique, dès l´âge de 4 ans, lorsque l´enfant y voit une possibilité de saisir une opportunité.

Quand à notre assurance que nous sommes capables de remarquer si des enfants mentent, Kang Lee nous invite nous-mêmes à faire un petit test. Si vous voulez savoir si vous êtes à la hauteur, cliquez sur le lien ci-dessous et avancez la vidéo à 6:00.

https://www.ted.com/talks/kang_lee_can_you_really_tell_if_a_kid_is_lying

Kang Lee a filmé deux enfants qui ont participé à l´expérience du jeu de cartes et à qui on a demandé si ils ont regardé la carte. Observez leur réponse. La vidéo est en anglais mais pas de panique ! Il n`est pas nécessaire d´avoir une licence d´anglais pour comprendre puisque les enfants ne disent que `non´. L´un ment ; l´autre dit la vérité. Serez-vous capable de les distinguer ? Pour ceux ou celles qui ne seraient pas sûr(e)s d´avoir compris qui des deux dit la vérité d´après les explications de Kang Lee en anglais, je le révèle à la fin de cet article.

Kang Lee nous démontre que, contrairement à ce qu´ils croient, les adultes sont de terribles détecteurs de mensonges. Même les professionnels de l´enfance obtiennent de mauvais résultats et les parents ne sont pas plus en mesure de remarquer quand leurs propres enfants mentent.

pinocchio-595453_1920En tant que parents, on peut se demander ce qui fait qu´avec l´âge, le mensonge est utilisé de manière presque systématique. Le développement des capacités intellectuelles apporte un élément de réponse. Kang Lee explique que plus tôt un enfant maîtrise les deux compétences suivantes, plus tôt il / elle mentira et plus il / elle racontera des mensonges sophistiqués. Pour mentir, il faut en effet être capable de faire la différence entre ce que l´autre connaît d´une situation et ce que l´on sait, soi-même, de cette situation. De plus, il faut pouvoir contrôler son langage, ses expressions faciales et le langage du corps.

Ces deux compétences sont essentielles pour bien fonctionner en société

Le premier mensonge que formule votre enfant est le signe qu´il ou elle est passé/e à un stade de développement supérieur et c´est donc une occasion de célébration, nous dit Kang Lee, sur le ton de la plaisanterie.

Il n´y a ainsi pas lieu de s´inquiéter. Cela fait partie du développement naturel de l´enfant. C´est un comportement à la fois déviant et normal. Cela dit, nous aimerions tous pouvoir compter sur nos enfants pour nous dire la vérité. Alors que faire pour continuer à pouvoir avoir confiance en eux lorsqu´ils grandissent et développent naturellement leur sens de la tromperie ?

Si le mensonge est utilisé dés l´âge de 4 ans de faҫon quasi systématique, ce n´est pas seulement parce que les enfants sont passés à un stade intellectuel supérieur, c´est aussi parce qu´ils l´ont appris de quelqu´un, de leur frère / soeur, de leur ami ou de nous, leurs parents. De nous ? Me direz-vous.

Certes, les parents considèrent l´honnêteté comme un trait de caractère dont ils aimeraient que leurs enfants soient dotés. Ces derniers le savent bien d´ailleurs. 98% des enfants affirment que l´honnêteté et la confiance sont des qualités primordiales pour le bon fonctionnement de toute relation. Alors pourquoi la majorité ment-elle quand elle peut y voir une opportunité à saisir? Entre savoir que mentir est immoral et ne pas le faire, il y a un monde et avec les parents, c´est pareil.1

ERREUR N.1

Evidemment nous n´encourageons pas directement nos enfants à mentir mais ces derniers repèrent les petits mensonges que l´on pense inoffensifs et que l´on sème au quotidien lorsqu´on s´adresse à nos amis et peut-être même à notre conjoint/e pour se sortir d´une situation embarrassante ou pour faire plaisir. Ne nous arrive-t-il pas de dire à nos amis qu´on est malade et qu´on ne peut pas aller à un rendez-vous alors qu´on est en pleine forme ? Ne nous arrive-t-il pas de faire passer notre enfant pour plus jeune qu’il n’est afin d´obtenir un meilleur tarif ? Nous sommes les premiers modèles de nos enfants et ils apprennent à travers nos actions. Il est vain d´attendre d´eux qu’ils soient honnêtes si nous ne le sommes pas nous-mêmes.

ERREUR N.2

Dans une étude de 2003 sur des enfants âgés de 2 à 4 ans et deux ans plus tard, les chercheuses Anne Wilson, Melissa Smith et Hildy Ross ont démontré que, dans certaines cultures, les parents ont plus tendance à sanctionner la transgression elle-même que le mensonge. Ainsi, les enfants apprennent que cela vaut la peine de prendre le risque de mentir. En effet, avec un peu de chance, on croira en leur honnêteté et ils ne seront pas puni. Dans le pire des cas, la vérité éclate et l´enfant est puni pour la transgression mais n´a pas de sanction supplémentaire pour avoir menti. Si les enfants apprennent que le mensonge peut les aider à sortir d´une situation difficile, ils l´adoptent comme stratégie.

Le problème c´est que le mensonge ne fait pas partie des thèmes sur lesquels les familles débatent grandement. Dans Nurture Schock, 2009, Po Bronson et Ashley Merriman arguent que, souvent, les parents passent à côté de l´occasion d´aborder le sujet de l´honnêteté lorsqu´ils découvrent les premiers mensonges de leur enfant, pensant que ce dernier est trop jeune pour savoir ce qu´est le mensonge. Ils sont confortés par la croyance que les enfants arrêteront de mentir naturellement en grandissant et en découvrant la disctinction entre la vérité et le mensonge. Or, plus un enfant est en mesure de distinguer l´un de l´autre et plus il y a de chance qu´il ou elle mentira.

ERREUR N.3

present-150291_1280Il y a une dernière situation dans laquelle nous poussons nos enfants à mentir et on est même fier du résultat. Imaginez que tante Agathe offre un cadeau à votre fille. Des étoiles plein les yeux, la petite arrache le papier cadeau pour découvrir, Oh merveille ! Un savon ! L’enfant, encore pleine d´espoir, demande: `c´est un savon magique?´

`Euh, presque, répond tante Agathe, il est à la lavande!´

`Ah…´

Et là nous intervenons : `Eh bien dis à tante Agathe que tu es contente´

En demandant cela, on attend de notre fille qu´elle camoufle ses réactions sincères (colère, déception ou frustration) et qu´elle arbore un sourire poli. Et nous louons cette aptitude à se montrer poli. En accumulant ce genre d´expériences, les enfants apprennent à ne pas être sincères et conluent que l´honnêteté engendre le conflit tandis que le manque de sincérité est un moyen de l´éviter. Cette gymnastique à laquelle nos enfants s´entraînent explique qu´il leur paraisse moins difficile de passer d´un `petit´ mensonge pour faire plaisir à un mensonge ayant pour but de dissimuler un acte défendu. 2

Pour ce qui est de tante Agathe, qui croyait faire plaisir, on peut toujours encourager nos enfants à la remercier d´avoir amené un cadeau, autrement dit à montrer de la gratitude pour l´acte d´offrir. Un enfant sera d’ailleurs plus à même de le faire avec tout son cœur avant d’ouvrir le cadeau qu’après, si il est déçu. L’habituer à remercier avant peut donc être utile. Avec le temps, il apprendra à être reconnaissant pour l’acte d’offrir et souffrira moins de déception si le cadeau ne correspond pas à ses goûts. 

Ainsi, il est essentiel que nous nous penchions sur notre propre honnêteté avant de demander à nos enfants de louer cette qualité. Cela fera peut-être d´ailleurs du bien à nos propres relations. Pour encourager nos enfants, qui ont une propension naturelle à tromper, montrons-leur l´exemple et saisissons les opportunités pour aborder le sujet. Pour vous aider à trouver les mots, je vous invite à lire l´article `Comment encourager votre enfant à dire la vérité en 5 points

Réagissez à l´article ou au test de Kang Lee en commentant. À ce propos, voici la réponse au test `Êtes-vous capable de repérer quand un enfant ment?´ L´enfant qui ne dit pas la vérité est l´enfant numéro deux. Étonnant, non?

1 « Changes in qualities valued in children in the United States, 1964 to 1984. » Etude conduite sur 20 ans auprès de parents par Alwin, 1989.

2Po Bronson et Ashley Merriman, Nurture Shock, 2009.

About Solenne Guennegues

Recommended for you

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.